« Que ton aliment soit ton premier médicament » disait Hippocrate. Un principe élémentaire dont nous nous sommes passablement éloignés, contrairement aux Chinois, qui ont compris très tôt l’importance d’une alimentation équilibrée. En effet, pour les Chinois et depuis des millénaires, l’alimentation est la base d’une bonne santé. Elle peut (et doit !) être considérée comme un outil thérapeutique à part entière, au même titre que l’acupuncture, les massages, la pharmacopée, le Qi Gong ou la méditation.

La diététique chinoise repose sur la connaissance des « sages » chinois, obtenue en observant la nature. C’est ainsi que sont nées les théories du Yin et du Yang, des cinq éléments et les principes philosophiques taoïstes. La légende veut que les pères du Tao aient eu une obsession : l’immortalité. La diététique fut l’une des méthodes utilisées pour atteindre ce but. Ainsi, la tradition chinoise a appris à connaître, au fil des siècles, les propriétés subtiles des aliments en suivant les lois du Yin Yang et des cinq mouvements (nature, saveurs, affinités de tel aliment avec tel organe, propriété asséchante ou humidifiante, etc.).

A partir de cette riche expérience, la diététique chinoise s’est développée dans deux directions : l’une préventive et l’autre curative.


La santé en Chine a toujours été très orientée vers la prévention des maladies et la recherche d’une existence saine et harmonieuse. La diététique y joue un rôle fondamental. Celle-ci comprend un ensemble de règles valables pour tous, adapté à sa propre constitution.

Contrairement à notre culture occidentale, où la diététique obéit à de nombreux phénomènes de mode, les règles d'hygiène alimentaire de base n'ont pas changé en Chine. Elles sont le gage pour beaucoup d'une relative bonne santé malgré des conditions de vie bien plus difficile et préviennent un nombre incroyable de maladies.

Tout dans la diététique chinoise préventive est étudié pour permettre une digestion optimale afin que le corps puise toute l’énergie nécessaire du bol alimentaire. Ainsi, elle fait particulièrement attention à la vitalité, à la forme, à la saveur, à la nature, à la conservation, à la coupe et à la cuisson des aliments …Mais ce n’est pas tout. Elle est aussi attentive au cadre du repas ainsi que d’autres facteurs qui favorisent la digestion et l’assimilation (comme les notions de modération, de mastication, de faim, de régularité, de concentration, d’émotions, de plaisir… Le respect de ces règles est la meilleure prévention possible contre une multitude de troubles et pour finalement, vivre bien.

“Une bonne alimentation peut évacuer les facteurs pathogènes, apaiser les viscères (Zang Fu) inspirer l’esprit et renforcer le sang et le QI”
Sun Si miao (célèbre médecin, 581-682 après J.C.)


La diététique est également fort utile lors de troubles installés et reste un outil thérapeutique de choix dans l'arsenal de la médecine chinoise. En effet si la pathologie s’installe, malgré toutes les mesures préventives ou si la guérison n’est pas complète, interviennent alors les autres techniques de la médecine chinoise : acupuncture, moxibustion, phytothérapie, massage. Mais ceci n’empêche pas d’utiliser encore et toujours les vertus de la diététique chinoise. Nous pouvons parler ici de véritable « diétothérapie », consistant en une réforme alimentaire précise (aliments recommandés, aliments déconseillés voire interdits, modes de préparation des aliments, hygiène diététique, etc.) et des recettes culinaires curatives adaptées à des cas précis. Il s’agit alors de la diététique «thérapeutique», « médicale» qui est prescrite par un praticien de médecine chinoise et qui vise à traiter le patient présentant une maladie particulière.

Même si l’adjonction de plantes, au pouvoir thérapeutique plus puissant, se révèle souvent nécessaire pour aider l’organisme à surmonter la maladie, la diététique n’en continue pas moins de jouer un rôle fondamental. En fait, la phytothérapie et la diététique ont chacune leurs vertus, des niveaux d’actions différents et doivent agir de concert. Il faut dire que la frontière est parfois floue entre aliments et plantes médicinales. Certains aliments ont d’ailleurs de telles propriétés bénéfiques que nous pouvons vraiment parler d’aliments médicaments. Les recommandations alimentaires par rapport à une pathologie ne peuvent s’entendre ici que dans le cadre d’un examen complet du patient selon les paramètres de la médecine chinoise. Il nous permet de déterminer quels dérèglements sont sous–jacents à la maladie et d’adapter le traitement afin de corriger ces déséquilibres.

La diététique se révèle donc être un outil précieux si nous voulons retrouver la santé. Elle est un élément majeur de la thérapie chinoise, surtout lors de troubles chroniques et rebelles. Cependant ce type de diétothérapie est difficile à appliquer sans l’avis d’un praticien de médecine chinoise bien formé. Elle relève donc d’une consultation médicale. C’est la raison pour laquelle il est bon d’encourager dans un premier temps d’expérimenter celle qui est à la portée de tous et qui est primordiale : la diététique préventive.

"Afin de guérir une maladie, il convient d’en connaître la cause. Puis on la traite avec l’alimentation. Ce n’est que lorsque celle-ci est insuffisante que l’on utilise les plantes et les aiguilles". Sun Si Miao


La diététique chinoise, loin d'être "figée" s'adapte en fait à chacun d'entre nous en tenant compte de notre constitution, notre âge, nos éventuelles pathologies, nos conditions de vie, etc. D’ailleurs, les Occidentaux qui l’ont expérimentée sérieusement ont vu en général des résultats rapides, probants et leur santé améliorée.

Il n’est en effet nul besoin d’être Chinois ou de « manger comme un Chinois » pour en recueillir les bienfaits. Ces principes sont universels et peuvent s’appliquer à toute alimentation et à toute population …

C’est dans ce but que sont nés les livres « La Diététique du Tao » et « Diététique énergétique, mode d’emploi », pour donner un ensemble parfaitement cohérent et d'une redoutable efficacité. Fidèles à la tradition tout en restant compatible avec notre mode de vie occidental, ces ouvrages résument l'essentiel à connaître dans des chapitres clairs, parfaitement illustrés, avec exemples, afin que les principes de la diététique chinoise vous semblent ensuite comme "couler de source".

La diététique du tao vous propose également des ateliers d’initiation ouverts à tous et un cursus de formation ouvert aux personnes qui veulent aller plus loin dans la connaissance des propriétés énergétiques des aliments ainsi qu’un aperçu de la diététique curative. Enfin, des séminaires à thèmes sur des sujets où la diététique est incontournable comme : la minceur, les troubles de la ménopause, l’alimentation des enfants, etc. sont aussi régulièrement proposés.

> Se former aux principes de la diététique chinoise